Categories
Sources

Journaux étudiants français numérisés

Depuis le début du XIXe siècle, les étudiants de la plupart des pays européens publient des journaux, feuilles et revues pour exprimer leurs idées, publier poésies et premiers textes littéraires, servir d’organe d’informations sur la vie universitaire ou de leurs associations.

Nombre de ces journaux n’ont existé que de manière éphémère, pour quelques numéros. Quelques étudiants cherchent à diffuser leurs idées, à servir de porte-voix et de défenseurs de leurs camarades. En France, ces journaux éphémères ont surtout été publiés avant les années 1880, c’est-à-dire avant que les associations d’étudiants puissent s’établir et se développer librement, mais ils ne disparaissent pas après cette date. On peut citer au niveau européen le numero unico, très diffusé en Italie. Comme son nom l’indique, des étudiants publiaient régulièrement un numéro unique à l’occasion d’un événement particulier, par exemple une fête universitaire.

D’autres journaux ont été beaucoup plus durables, notamment lorsqu’il s’agit de bulletins d’associations. En France, les Associations générales des étudiants et les Associations corporatives ont toutes cherché à publier leur bulletin, entreprise difficile qui a souvent connu des interruptions. Malgré le renouvellement des effectifs, le journal est publié par un comité éditorial, qui en assure la stabilité, et bénéficie de contributions des membres de l’association. Un cas extrême est les journaux des corporations étudiantes allemandes : il était très rare que chaque corporation publie son propre journal. Ce sont les fédérations nationales de ces corporations qui faisaient paraître des organes officiels à partir des années 1880, comme les Burschenschaftliche Blätter (1887) du Allgemeiner Deputierten-Convent, fédération des Burschenschaften des universités ou les Akademische Blätter (1886) du Kyffhäuser-Verband, fédération des Vereine Deutscher Studenten. Ce sont les anciens (alte Herren) qui étaient le plus souvent responsables de la publication de ces organes, bien que des membres encore étudiants pouvaient participer aux comités éditoriaux.

Ces journaux peuvent donc être de natures différentes ou mélanger différentes thématiques, selon le groupe ou l’association d’étudiants qui les publie : corporatistes, politiques, humoristiques, littéraires, religieux. Certains ont même un caractère exceptionnel, comme les journaux/feuilles d’étudiants français socialistes ou communistes publiés durant la Seconde Guerre mondiale.

Cette presse étudiante, qu’elle ait été numérisée ou non, mérite d’être valorisée. Elle peut être analysée de multiples manières, par exemple : classiquement, retracer la vie étudiante ou d’une association étudiante ; aborder de manière originale les débats universitaires, politiques, littéraires ou religieux d’une époque ; apporter une nouvelle contribution à l’histoire de la presse sous tous ses aspects, comme la censure et la liberté de la presse, les conditions organisationnelles, financières et matérielles de publication d’un journal, les pratiques classiques des journaux tels que les dessins de presse, les tribunes, les interviews.

En France, il est souvent difficile de se procurer l’ensemble des numéros d’un journal étudiant, les fonds étant souvent lacunaires en raison d’une conservation aléatoire malgré le dépôt légal. Pour ne donner que l’exemple de la première association sur laquelle j’ai travaillé, l’Association générale des étudiants de Paris, son bulletin du premier numéro publié en janvier 1886 jusqu’au numéro de décembre 1900 a été numérisé sous forme de microfilm, et est disponible à la Bibliothèque nationale de France (je précise que c’est un cas exceptionnel). À l’inverse, les numéros de 1901 à 1914, puis dans une large mesure ceux publiés après 1918 (le journal ne paraît pas durant la Première Guerre mondiale), ne sont que très partiellement accessibles, la BnF ne disposant pas de l’ensemble des numéros et un grand nombre d’entre eux sont jugés hors d’usage et ne sont pas (ou très difficilement) communiqués aux lecteurs. J’ai pu obtenir la numérisation de quelques numéros (cf. ci-dessous).

Il en est de même avec les journaux numérisés : à l’exception de ceux ne comptant qu’un ou quelques numéros parus, ne sont généralement disponibles les numéros que d’une ou plusieurs années données, voire qu’une sélection de numéros d’une ou plusieurs années. Pourtant, nous sommes plutôt bien lotis en France. Ces journaux sont inégalement numérisés selon les pays : comme le montre clairement la liste ci-dessous, on dispose grâce à Gallica d’un certain nombre d’entre eux, tandis que très peu ont été numérisés en Allemagne par exemple.

Il m’a dès lors semblé utile de centraliser l’ensemble des journaux étudiants français numérisés (même partiellement) dans ce billet, pour les faire connaître et en montrer la diversité. La numérisation de documents (livres, manuscrits, presse…) a occupé une place importante dans les nouvelles pratiques de recherche à l’ère numérique et, plus généralement, dans les réflexions menées depuis une dizaine d’années sur les humanités numériques. Plusieurs projets d’envergure sont menés en lien avec ou sur la presse numérisée, comme NumaPresse et Médias19. Bien sûr, dans le cas de la presse estudiantine, on est très loin de pouvoir mener des projets de recherche de data mining, comme ce qui a pu être fait dans le cadre du projet Europeana Newspaper. Outre les lacunes déjà mentionnées, une partie non-négligeable du corpus n’a pas fait l’objet d’une numérisation avec reconnaissance du texte. Ces numérisations peuvent toutefois permettre de découvrir de nouveaux journaux, d’avoir accès à des numéros indisponibles ou inaccessibles en version papier et parfois, avec un peu de chance, de retrouver l’article précis dont on était à la recherche.

Il est donc peu envisageable de mener une recherche sur les étudiants en faisant l’économie de dépouiller les journaux conservés dans les archives et bibliothèques. Dans le cas français, j’ai retrouvé lors de mes recherches de thèse des journaux étudiants à la Bibliothèque nationale de France (en format papier ou numérisés en microfilms), aux Archives nationales (fonds du rectorat ou des facultés parisiennes), dans des archives départementales (rectorat et facultés, archives personnelles), dans des bibliothèques universitaires et municipales. Mais les journaux numérisés peuvent constituer un bon point de départ.

Je me suis limité ici aux journaux parus en France, durant la période 1830-1950. Pour la période postérieure à 1950, je vous renvoie vers le Conservatoire des mémoires étudiantes (désormais Cité des mémoires étudiantes), avec plus de 80 titres disponibles entièrement ou partiellement (voir un article de présentation de la CME par Jean-Philippe Legois et Marina Marchal). J’ai complété, le cas échéant, les références avec des articles ou d’autres ressources (uniquement en libre accès) en lien avec ces titres. Le plus ancien de ces journaux numérisés est Les Cancans du Quartier latin, « premier journal étudiant au sens strict du terme » selon Jean-Claude Caron (bien qu’il ne soit pas le premier journal rédigé par des étudiants), publié à Paris en janvier et février 1837. J’ai simplement ajouté à ces journaux français des journaux internationaux, dans lesquels des étudiants français ont pu publier. J’alimenterai progressivement cette liste, au gré de mes découvertes ou d’ajouts, principalement sur Gallica. N’hésitez pas à me communiquer des ressources qui m’auraient échappées, en commentaire ou par courriel.

État au 4 juin 2020 : 3 journaux internationaux ; 65 journaux français

*

Quelques références bibliographiques sur la presse étudiante en France

Bergmans Paul, Essai bibliographique sur les journaux d’étudiants, Gand, Imprimerie C. Annoot-Braeckman, 1890.

Bouneau Christine, « Le groupe des étudiants socialistes de Toulouse et leur revue La Jeunesse socialiste (1894-1895) », in Jacques Girault (dir.), L’implantation du socialisme en France au XXe siècle. Partis, réseaux, mobilisation, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, pp. 297-308.

Boulenc Anne, Chalier Caroline, Legois Jean-Philippe, « Un exemple de valorisation partagée : la presse syndicale étudiante grenobloise », Gazette des archives, n° 211, 2011, p. 157-172, disponible sur Persée.

Caron Jean-Claude, « Une approche de la sociabilité de la jeunesse : la presse étudiante à Paris (1829-1850) », Bulletin de la Société d’Histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, n° 8, 1992, p. 75-86, disponible sur Persée.

Corroy Laurence, La presse des lycéens et des étudiants au XIXe siècle. L’émergence d’une presse spécifique, Lyon, Institut national de recherche pédagogique, 2004.

Corroy Laurence, « Une presse méconnue : la presse étudiante au XIXe siècle », Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, n° 25, 2008, en ligne.

*

Quatre précisions :

  1. Les titres sont classés par ordre alphabétique.
  2. Le nombre de numéros éventuellement indiqué est celui des numéros numérisés, pas forcément de l’ensemble des numéros parus.
  3. Sauf mention contraire, la numérisation a été effectuée par les services de la Bibliothèque nationale de France et les journaux sont diffusés sur Gallica.
  4. Je n’ai pas repris dans la liste ci-dessous les titres des années 1920-1940 qui figurent sur le site du Conservatoire des mémoires étudiantes (1 numéro de la Revue des universités de France de 1928, la revue Existences de 1934 à 1949, 6 journaux créés durant les années 1940).

*

Journaux internationaux

Confédération internationale des étudiants. Bulletin mensuel d’informations, Bruxelles, à partir de 5e année, n° 8, septembre 1931, numéros des années 1931-1932 et 1935-1939. La CIE a été fondée lors du congrès de l’Union nationale des associations d’étudiants de France, lors de son 8e congrès, tenu à Strasbourg en 1919. [Voir un article d’Alain Monchablon sur « la fondation de l’UNEF en 1907 » et un autre de Stéphane Merceron sur « l’UNEF à la tête de la Confédération internationale des étudiants », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 86, 2007 ; et un article par Daniel Laqua sur la CIE dans The English Historical Review, 132-556, 2017].

Corda fratres. Revue internationale, Turin, revue de la Corda fratres – Fédération internationale des étudiants fondée à Turin en 1898 et qui organise plusieurs congrès internationaux en Europe et aux États-Unis avant la Première Guerre mondiale, numéros de 1898, 1900, 1901, 1905 et 1924, numérisation par l’Archivio storico dell’Università di Bologna. [Voir l’article en italien de Aldo A. Mola, auteur d’une histoire de la Corda fratres, sur son rôle dans l’amitié franco-italienne dans la revue Italies].

Vox Studentium, journal fondé par la Fédération universelle des Associations chrétiennes d’étudiants en 1922, édité à Genève, 17 numéros entre le vol. II, n° 1, octobre 1924 et le vol. VIII, n° 1, janvier-mars 1931. [Voir également un article de présentation de la Fédération dans la Revue internationale de la Croix-rouge, 4e année, n° 39, 15 mars 1922 ; et un article de 2018 par Benjamin L. Hartley sur le European Student Relief, organisme d’aide aux étudiants fondé en 1920 par la Fédération.]

Une de Vox Studentium, vol. II, n° 4, janvier-février 1925. Source : Gallica

*

France

Alger-Étudiants. Bulletin de l’Association générale des étudiants d’Alger, Alger, 1905 (17 numéros) et 1922-1935. L’AGE d’Alger est fondée en 1885. [Voir également L’Étudiant algérien]

Ar studier brezon. L’étudiant breton, Nantes, numéros 1 et 2, février et mars 1941, numérisé par l’Institut de documentation bretonne et européenne.

Bordeaux-Étudiant. Organe [puis mensuel] de l’Association générale des étudiants de Bordeaux, Bordeaux, à partir de 1ère année, n° 1, mai 1921, numéros de 1921-1928 (sauf 1923). Un Cercle des étudiants de Bordeaux est fondé en 1880. Après de premières années difficiles, il est refondé sous le nom d’Association générale des étudiants en 1885.

Bulletin annuel de l’Association amicale des étudiants en pharmacie de Nancy, Nancy, années 1910, 1911, 1913 et 1914. Association fondée en 1903. [Sur les organisations corporatistes d’étudiants avant la Première Guerre mondiale, voir l’article de Pierre Moulinier sur la « préhistoire du syndicalisme étudiant »].

Bulletin annuel de l’Association amicale des étudiants en pharmacie de Nancy,
5e année, 1913. Source : Gallica

Bulletin de l’Association des élèves et anciens élèves de la Faculté des lettres de Paris, Paris, numéros de 1885 à 1938 (sauf 1887, 1908 et 1921-1930). Association fondée en 1884.

Bulletin du Groupe des étudiants républicains de l’École des sciences politiques, Paris, années 1910 et 1911. Le GEP a été fondé en 1910.

En avant ! Organe des étudiants et lycéens intellectuels communistes de la région Nord, 1 numéro, janvier 1941. [Voir l’article généraliste de Jacques Varin sur « les étudiants communistes des origines à la veille de mai 68 »].

Gazette de l’École des Beaux-Arts, éditée par le Comité des étudiants américains de l’École des Beaux-Arts, Paris, 1 numéro, octobre-décembre 1918.

Guide-gazette des étudiants de Toulouse et des élèves des lycées et collèges de l’académie. Publiée sous les auspices et avec la collaboration de plusieurs membres de l’Université de Toulouse & des étudiants de la Région, numéros de 1894-1898, numérisé par Rosalis, bibliothèque numérique patrimoniale de Toulouse.

Holàhée ! Journal des étudiants : chroniques estudiantines, littéraires, artistiques, sportives et tribune libre politique, Paris, 13 numéros, 1932-1934.

Jaurès. Organe des jeunesses et étudiants SFIO, 1 numéro, juillet 1941. [Sur les étudiants socialistes, voir l’article de Christine Bouneau dans Histoire@Politique sur la période 1880-1960].

L’Appel de la JEC. Organe mensuel de la Jeunesse étudiante chrétienne, Paris, à partir 2e année, n° 20, novembre 1931, numéros de 1931-1939 (sauf 1933-1934). La JEC est fondée en 1929.

L’Appel de la JEC, 7e année, n° 68,
juin-juillet 1936. Source : Gallica

L’Avant-Garde. Journal des écoles, puis Revue politique, sociale et littéraire, Paris, 1848-1849, plusieurs numéros dans un mélange de journaux et brochures disponible sur GoogleBooks/GooglePlay.

L’Écho des écoles. Journal hebdomadaire illustré juridique, médical, littéraire et scientifique. Organe des étudiants de l’Université de Bordeaux, Bordeaux, numéros de 1892-1894.

L’Écho des étudiants, Montpellier, de 1ère année, n° 1, 12 janvier 1908 à 4e année, n° 110, 6 novembre 1910, numérisé par Mémonum, bibliothèque patrimoniale numérique de Montpellier.

L’Écho des étudiants. Journal national hebdomadaire indépendant d’information et de défense universitaires, Paris et Toulouse, 10 numéros, 1911. Également disponible sur Rosalis, la bibliothèque numérique patrimoniale de Toulouse.

L’Escholier d’Alsace. Journal mensuel publié par les étudiants de l’Université de Strasbourg, Strasbourg, à partir du n° 1, novembre 1929, 4 numéros, 1929-1930.

L’Escholier de France, Paris, à partir de 1ère année, n° 1, 27 novembre 1911, 8 numéros de 1911-1913 ; puis nouvelle série, n° 1, 15 janvier 1929, 21 numéros de 1929-1931.

L’Escholier limousin. Organe officiel de l’Association générale des étudiants, Limoges, à partir de 2e année, n° 6, décembre 1934, 10 numéros, 1934-1938 (sauf 1937).

L’Écho des écoles (Bordeaux), 1ère année,
n° 13, 29 janvier 1893. Source : Gallica

L’Essor. L’avenir de l’étudiant [puis L’hebdomadaire de la génération qui monte], n°s 1-5, 1943-1944.

L’Étudiant. Écho du Quartier latin, Paris, à partir de 7e année, n° 181, 1-8 janvier 1898, numéros de 1898 et 1900-1901. [Voir également L’Almanach du journal L’Étudiant, 1895 et 1896].

L’Étudiant. Journal anecdotique, littéraire, scientifique et musical, Besançon, 30 numéros, 1882.

L’Étudiant. Journal des écoles : revue hebdomadaire, scientifique, littéraire et artistique, Paris, 41 numéros, 1838.

L’Étudiant. Journal hebdomadaire publié au Quartier latin, Paris, 1er juin-13 juillet 1867.

L’Étudiant. Organe de l’Union fédérale des étudiants, section de Montpellier, Montpellier, 4 numéros, 1929.

L’Étudiant. Journal des écoles, n° 19,
20 mai 1838. Source : Gallica

L’Étudiant algérien. Bulletin de l’Association générale des étudiants de l’Algérie, Alger, 1ère année, n° 1, 31 janvier 1900 à 2e année, n° 10, avril 1901. [Voir également Alger-Étudiants]

L’Étudiant français. Organe mensuel de la Fédération nationale des étudiants d’Action française, Paris, numéros de 1920 à 1944 (sauf 1929 et 1940).

L’Étudiant martiniquais. Organe de l’Association des étudiants martiniquais en France, Paris, nouvelle série, n° 1, mai 1934.
Devient L’Étudiant noir. Journal de l’Association des étudiants martiniquais en France, Paris, 1ère année, n° 1, mars 1935. Journal fondé par Aimé Césaire. [Voir la page Wikipédia]

L’Étudiant national. Organe des étudiants nationaux de l’Ouest [puis Organe d’idées et de combat des étudiants anti-marxistes], Rennes, à partir de 1ère année, n° 2, mars 1936, numéros de 1936-1938. [Sur les groupes politiques étudiants durant les années 1930, voir l’article d’Alain Monchablon, « Les années Front populaire des étudiants de Paris », Vingtième siècle, n° 133, 2017].

L’Étudiant patriote, 6 numéros, 1941-1942 et 1944.

L’Étudiant patriote toulousain, Toulouse, 1ère année, n° 2, 1er juillet 1942.

L’Étudiante française. Organe de liaison de l’Union féminine universitaire, 1 numéro, 1er février 1944.

L’Étudiant algérien, 1ère année, n° 1,
31 janvier 1900. Source : Gallica

L’Orient libre. Organe de l’Union des associations d’étudiants émigrés des nations de l’Europe orientale, n° 4-5, 1925, en cyrillique.

L’Université de demain. Journal parisien des étudiants communistes, Paris, 2 numéros, 5 décembre 1943 et 14 janvier 1944. [Bien qu’il ne soit pas certain que les rédacteurs de cette feuille aient été résistants, voir pour contextualiser les journaux parus durant l’Occupation, l’article de Didier Fischer « les étudiants et la Résistance », qui présente différentes attitudes d’étudiants durant les années 1940-1945].

L’Université de Paris. Bulletin de l’Association générale des étudiants de Paris, Paris, numéros des années 1901-1903, 1913 et 1920. L’AGE de Paris est fondée en 1884, elle lance son bulletin en 1886, il paraît jusqu’à la disparition de l’association en 1934.

La Bohême. Journal des étudiants, Montpellier, 1909-1912. Numéros de 1909-1910 également disponibles sur Mémonum, bibliothèque patrimoniale numérique de Montpellier.

La Gazette des escholiers, Bordeaux, éditée par l’Association catholique des étudiants de l’Université de Bordeaux, à partir de 1ère année, n° 1, novembre 1930, numéros de 1930-1938 et 1947-1948.

La Jeune révolution. Organe de liaison des jeunes ouvriers et étudiants révolutionnaires, Paris, du n° 3, décembre 1932 au n° 13, mai/juin 1934. [Sur les groupes politiques étudiants durant les années 1930, voir l’article d’Alain Monchablon, « Les années Front populaire des étudiants de Paris », Vingtième siècle, n° 133, 2017].

La Jeunesse, Paris, 8 numéros, juin-juillet 1861.

La Jeunesse étudiante féminine. Bulletin mensuel de la J.E.C.F., Paris, à partir du n° 4, janvier 1931, numéros de 1931-1946 (sauf 1932 et 1935-1936). Bulletin de la Jeunesse étudiante chrétienne de France.

La Jeunesse pharmaceutique. Organe scientifique et professionnel de l’Association amicale des étudiants en pharmacie de l’État, Lille, 1906-1932 (sauf 1915-1918 et 1931).

La Jeunesse étudiante féminine, 8e année,
n° 75, décembre 1937. Source : Gallica

La Relève. Organe de l’Union des étudiants et lycéens communistes de France, 1940-1941.

La Revue Montalembert. Religieuse, littéraire, sociale. Organe de la Réunion des étudiants, Paris, 4 numéros, 1909-1910.

La Voix des Écoles, Paris, 5 numéros, 1878.

La Vraie relève. Organe de l’Union des étudiants et lycéens communistes de France, 1 numéro, février 1943.

Le Boul-Miche. Organe du Quartier latin, Paris, numéros 1-9, 1883.

Le Carabin. Rédigé pour les étudiants, Paris, 1 numéro, 1883.

La Voix des écoles, n° 1, 4 avril 1878.
Source : Gallica

Le Courrier de l’étudiant. Bulletin du Comité supérieur des œuvres sociales en faveur des étudiants et de l’Union des associations générales des étudiants de France, Paris, à partir de nouvelle série n° 2, 16-31 janvier 1940, numéros de 1940, puis 1944-1947.

Le Courrier français, Paris, numéros spéciaux des années 1895, 1902 et 1904 sur le Bal des Quatz’Arts, célèbre bal estudiantin à Paris institué en 1893, numérisation par l’Archivio storico dell’Università di Bologna. Des étudiants prennent part à la rédaction (et peut-être aux illustrations) de ces numéros spéciaux.

Le Cri des étudiants. Organe de l’Association générale des Étudiants de Montpellier, Montpellier, numéros 1-10, 10 décembre 1940-9 juin 1941, numérisé par Mémonum, bibliothèque patrimoniale numérique de Montpellier. L’AGE de Montpellier est créée en 1887, elle est refondée en 1907 sous le nom d’Union générale des étudiants, puis reprend le nom d’AGE durant l’entre-deux-guerres.

Le Flambard. Journal amusant et littéraire du Quartier latin, Paris, 1ère année, n° 1, 17 juin 1869.

Le Midi étudiant. Journal des étudiants de Montpellier, Montpellier, n° 1, 4 novembre 1905 au n° 19, 17 mars 1906, numérisé par Mémonum, bibliothèque patrimoniale numérique de Montpellier.

Le Moniteur médical. Journal des étudiants en médecine et des praticiens, Paris, de 1ère année, n° 1 à 2e année, n° 20, 1890-1891.

Le Quartier latin illustré. Journal des étudiants – Organe universitaire humoristique, Paris, 1ère année, n° 1, 15 mai 1897.

Le sport universitaire. Organe officiel de l’Office du sport universitaire et des amis du sport universitaire, Paris, numéros de 1937, numérisation par l’Archivio storico dell’Università di Bologna. Il ne s’agit pas d’un journal étudiant au sens strict du terme, mais des étudiants participent à sa rédaction.

Le Courrier de l’étudiant, n° 15, 1er novembre 1945. Source : Gallica

Les Cancans du Quartier latin. Journal rédigé par quatre étudiants des quatre facultés, Paris, 11 numéros, 1er janvier-19 février 1837. Premier vrai journal étudiant en France.

Les Droits de la jeunesse. Organe de la jeunesse des Écoles, paraissant une fois par semaine à Paris et en province, 1ère année, n° 1-n° 27, 30 avril-29 octobre 1882.

Les Écoles. Journal des étudiants, Paris, 1877 (15 numéros) et 1878 (3 numéros).

Lille université. Bulletin mensuel de l’Union des étudiants de l’État, Lille 10e année, n° 3, mars 1920, numérisé par NordNum de l’Université de Lille. L’Union des Étudiants de l’État est fondée en 1881, il s’agit d’une des premières et de l’une des plus durables parmi les associations générales des étudiants. [Voir l’article de Jean-François Condette sur l’UEE de 1881 à 1940].

Lyon universitaire. Organe des étudiants de l’Université de Lyon, Lyon, 3 numéros, 1895-1896.

Les Cancans du Quartier latin, 1ère année, n° 1, 1er janvier 1837. Source : Gallica

Marseille universitaire. Organe officiel des étudiants de Marseille, Marseille, à partir de 1ère année, n° 1, 15 janvier 1912, numéros de 1912, 1914, 1919-1921 et 1927-1928.

Mondain étudiant, supplément au journal Le Monde lyonnais, Lyon, 22e année, 24 mars 1901, numérisé par la Bibliothèque municipale de Lyon.

Nantes-étudiant : bulletin de l’Association générale des étudiants, Nantes, 1ère année, n° 3, mai 1917.
Devient : Bulletin de l’A : organe hebdomadaire de l’Association générale des étudiants et du Nantes-étudiants-club, Nantes, 7 numéros, 1920. L’AGE de Nantes est fondée en 1889.

Scapin. Revue des étudiants [puis Revue universitaire] du Centre-Ouest, Poitiers, 6e année numéros 1 et 2, 1939 ; 7e année numéro spécial, 1945 ; numéro spécial, 1947.

The Besançonian. Published monthly by the American students at the University of Besançon, Besançon, numéros 1-3, 1919. [Voir l’article de Caroline Barrera sur les « étudiants-soldats américains en France au sortir de la Première Guerre mondiale »].

Thélème 37. Revue des étudiants du Collège franco-britannique de la Cité universitaire, Paris, 4 numéros, 1937-1939.

The Besançonian, n° 3, juin 1919.
Source : Gallica

By Antonin Dubois

Docteur en histoire (EHESS/Universität Heidelberg)

3 replies on “Journaux étudiants français numérisés”

Bonjour,

ravi que cette liste vous ait intéressé. Ce n’est pas une liste exhaustive de tous les journaux étudiants qui ont existé, loin de là, mais je vais m’efforcer de la rendre la plus complète possible en ce qui concerne les journaux numérisés.

Sur quoi a porté votre mémoire ?

Cordialement,
AD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.