Categories
Lexiques

Lexique du vocabulaire estudiantin et glossaire des principales formes d’organisations étudiantes en France avant 1914

Ce billet contient les principaux termes du vocabulaire estudiantin et présente les principales formes d’associations étudiantes qui existaient en France avant 1914. Il est amené à être enrichi progressivement.

Les termes et noms d’organisations sont classés par ordre alphabétique. Dans chaque entrée, les termes ou noms en gras renvoient à une autre entrée.

*

Association corporative : Associations créées dans les facultés de pharmacie, médecine et droit à partir de la deuxième moitié des années 1890 et surtout après 1900. Elles s’opposent aux Associations Générale des Étudiants, car elles considèrent que celles-ci sont trop vastes et ne peuvent pas représenter et défendre correctement les étudiants, qui peuvent avoir des intérêts antagonistes selon leur ordre d’études. Les membres des associations corporatives de médecine et de pharmacie sont très proches des syndicats de médecins et de pharmaciens. C’est notamment le cas de l’Association corporative des étudiants en médecine de Paris (fondée en 1902). Elles fondent des fédérations nationales à la veille de la Première Guerre mondiale : les bases de la Fédération des Associations corporatives des étudiants en médecine sont jetées en 1907, elle est définitivement constituée en 1913) ; l’Association amicale des étudiants en pharmacie de France (1909). Le mouvement corporatif est en 1914 diffusé dans toutes les universités françaises, mais c’est à Paris qu’il est le plus puissant.

Association Générale des Étudiants (AGE) : C’est la forme que prennent les premières associations étudiantes qui peuvent se constituer légalement et avec le soutien des autorités républicaines et universitaires au tournant des années 1870/1880. Elles ont pour but de rassembler tous les étudiants d’une université, de renforcer la solidarité et la camaraderie entre eux et de leur fournir des aides matérielles et intellectuelles (réductions chez les commerçants, consultations gratuites chez des médecins, billets pour les théâtres, bibliothèques, salles de travail, etc.). La première est fondée à Nancy en 1877/78, suivie par le Cercle des étudiants de Bordeaux en 1880 (qui devient l’AGE de Bordeaux en 1885) et l’Union des Étudiants de l’État de Lille. À la fin des années 1880, il existe une AGE dans toutes les villes universitaires : Paris (1884), Caen (1884), Alger (1885), Toulouse (1886), Lyon (1887), Montpellier (1887), etc. La force locale et la durabilité de chacune de ces associations peut varier grandement. Les AGE se sont alliées en 1907 en une union nationale, l’Union Nationale des Associations d’Étudiants de France, ancêtre du syndicat UNEF.

Association (Générale) des Étudiantes : Les femmes obtiennent progressivement le droit de s’inscrire à l’université à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Cependant, avant 1900, la plupart sont en fait des étrangères. Les femmes sont exclues de presque toutes les AGE, à l’exception de l’AGE de Paris, où elles sont cependant très peu à s’inscrire, ou de celle de Montpellier après 1907. Les étudiantes forment leurs propres associations, sur le modèle des AGE, c’est-à-dire afin de regrouper l’ensemble des étudiantes d’une université sans spécificité de domaine d’études, de nationalité ou de religion. Ces associations, après un échec à Paris vers 1900, ne sont constituées que vers 1910, à Paris, Lille, Lyon ou encore Toulouse. L’une des plus dynamiques avant 1914 est l’association de Lille, soutenue par le recteur Georges Lyon et sa femme Anne-Marie Lyon, qui se voit décerner le titre de Présidente d’honneur.

Comité de l’Association amicale des étudiants en Pharmacie de France (Paris), 1906. Source : BIU Santé, Université de Paris

Associations religieuses : Il en existe des catholiques et des protestantes. Il n’existe pas de véritable association d’étudiants juifs avant 1914. Certaines associations catholiques sont dominées par les ecclésiastiques, ce qui explique qu’elles ont pu être créées précocement : l’exemple le plus connu est le Cercle du Luxembourg à Paris, fondé dès 1851, la Conférence Olivaint, rapidement contrôlée par les jésuites, est créée en 1875. D’autres sont constituées au sein des facultés « libres » (catholiques), comme à Lille en 1879. Il existe d’autres formes d’investissement associatif pour les étudiants catholiques, notamment les conférences, dès la première moitié du siècle. Ainsi, des étudiants sont très investis dans la fondation de la Société Saint-Vincent-de-Paul. Des étudiant s’investissent avant 1914 dans l’Association catholique de la jeunesse française créée par Albert de Mun, mais ce n’est qu’après la guerre qu’un groupe spécifiquement étudiant est créé, la Jeunesse étudiante chrétienne (1929). Un groupe d’étudiants est fondé au sein du Sillon de Marc Sangnier au début des années 1900, qui compte à la fin de la décennie de nombreux membres élèves à l’École normale supérieure. L’Association des étudiants protestants de Paris est quant à elle fondée en 1896, après l’échec d’une Société fraternelle des étudiants protestants en 1892. Elle joue un rôle actif dans la création de la Fédération Française des Associations Chrétiennes d’Étudiants en 1898, ce qui favorise la constitution des cercles liés à l’association parisienne sont constitués à Nancy (existe dès 1897), Bordeaux, Lille, Lyon et Toulouse (1898-99).

Associations républicaines : Il en existe de diverses tendances, allant du radical-socialisme au modérantisme le plus droitier et le plus proche du nationalisme durant les dernières années avant la Première Guerre mondiale, en passant par la libre-pensée. Par exemple, l’Union des Étudiants républicains (de tendance radical-socialiste) est créée à Paris en 1901 et compte rapidement des sections ou des associations affiliées en province. Ces associations forment vers 1910 une nébuleuse, en lien avec d’autres sociétés comme la Conférence Molé-Tocqueville, les groupes de jeunesse de partis politiques officiels ou non comme les Jeunes radicaux, ou encore la Fédération des jeunesses laïques. Nombre de ces associations, du moins parisiennes, se retrouvent au Congrès républicain de la jeunesse, tenu en 1911.

Associations socialistes : Toutes les tendances socialistes sont représentées dans des associations allant du groupuscule à des groupes qui organisent des conférences et fondent des journaux où parlent ou publient des figures majeures du socialisme français et européen – de Jean Jaurès à Karl Kautsky en passant par Jules Guesde. Certains membres de ces associations socialistes ont publié des journaux importants, comme Le Mouvement socialiste d’Hubert Lagardelle. La première de ces associations est le groupe des Étudiants Socialistes Révolutionnaires Internationalistes, constituée à Paris en 1891. Elle connaît une scission en 1893 : le noyau dur des ESRI se tourne vers l’anarchisme, tandis que la majorité fonde le Groupe des étudiants collectivistes. Ces derniers se divisent lors de l’affaire Dreyfus et un second GEC indépendant est fondé, dont les membres s’engagent pour la réhabilitation de Dreyfus. Plusieurs associations sont également créées en province, comme le Groupe des Étudiants socialistes de Toulouse en 1893. Tandis que le Groupe des étudiants collectivistes est affilié au Parti ouvrier français, les relations de ces associations avec la SFIO ont été assez conflictuelles et lorsque les Jeunesses socialistes sont constituées en 1912, les étudiants n’y occupent pas de place particulière.

Associations sportives / Clubs sportifs : À partir des années 1890, la pratique sportive se développe parmi les étudiants. Elle est notamment promue au sein des associations générales des étudiants, avec la création de sections dédiées à l’escrime, la course, l’aviron, au vélo ; plus tard au football. Des étudiants investissent les clubs sportifs de leur ville. Parallèlement, des associations et clubs sportifs d’étudiants sont créés, comme les associations sportives des étudiants de Lille (1895) et de Paris (1903). Cette dernière devient le Paris-Universitaire-Club en 1906. Vers 1900, « l’élite du rugby français » est formée de sept clubs dont trois étudiants : le Sporting Club Universitaire de France de Paris (1895), le Stade Bordelais-Université-Club (ou Bordeaux-Étudiants-Club) et le Stade Olympique des Étudiants de Toulouse (qui devient le Stade toulousain en 1908).

Équipe du Bordeaux-Étudiants-Club le 26 janvier 1913 au Parc des Princes. Source : Gallica

Boul’Mich’ : le boulevard Saint-Michel à Paris.

Carabin : étudiant en médecine.

Faluche : terme qui apparaît autour de 1930, pour désigner la coiffe auparavant désignée de béret d’étudiant. Ce béret se diffuse à partir de 1888, à la faveur du retour de la délégation parisienne aux fêtes universitaires de Bologne. Sur le béret est accroché une barrette indiquant l’université et une autre celle de la faculté d’appartenance. Le nombre de barrettes se multiplie à partir de l’entre-deux-guerres et surtout après 1945.

Grisette : terme du premier XIXe siècle désignant une jeune femme, souvent une ouvrière, maîtresse d’un étudiant qui l’entretenait durant quelques mois ou années. Le fossé social qui sépare l’étudiant bourgeois de la grisette issue des classes populaires est au cœur des représentations de cette relation asymétrique. À la fin du siècle, le terme n’est plus utilisé que pour parler des décennies avant 1870.

Groupe des Étudiants d’Action française : Fondé à Paris en 1905 sous la présidence de Lucien Moreau. Ses membres forment le premier noyau des Camelots du Roi, créé durant l’hiver 1908/09. Le journaliste Maurice Pujo prend la tête des deux groupes durant ce même hiver, marqué par la violente campagne contre le professeur d’histoire Amédée Thalamas. Des sections locales sont créées dans certaines villes universitaires de province ou des associations locales s’affilient au groupe parisien. Une Fédération de ces associations existe officiellement mais n’a aucune existence réelle avant 1920, année qui voit également la naissance du journal des étudiants d’AF, L’Étudiant français.

Etudiants d’Action française, manifestation en hommage à Philippe Daudet, 1928
Source : Gallica

Potard : étudiant en pharmacie.

Union des Étudiants plébiscitaires : principale association étudiante bonapartiste, créée en 1909 à Paris.

Union Nationale des Associations d’Étudiants de France (UNAEF) : Ancêtre de l’actuel syndicat étudiant UNEF, l’UNAEF est constituée lors d’un congrès tenu à Lille en 1907. C’est la première union nationale étudiante de France. Elle est fondée par les membres d’AGE, mais avant 1914, toutes les AGE de France ne la rejoignent pas – à l’inverse, quelques associations corporatives s’en rapprochent. Sept congrès nationaux sont organisés avant la Première Guerre mondiale ; le dernier a lieu à Nancy en mai 1914. Les délégués des différentes associations s’y retrouvent pour des festivités et discuter de questions académiques, afin de formuler des revendications communes. Le premier congrès après le conflit a lieu dès 1919 et est symboliquement organisé à Strasbourg. Lors de ce congrès, les dirigeants de l’UNAEF invitent des délégués des universités européennes pour fonder la Confédération internationale des étudiants. La transformation de l’UNAEF en syndicat, qui conduit à l’abandon du terme « associations » dans son nom, a lieu lors du célèbre congrès de Grenoble de 1946, lors duquel l’étudiant est défini comme « jeune travailleur intellectuel ».


By Antonin Dubois

Docteur en histoire (EHESS/Universität Heidelberg)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.