Categories
Recherches Sources

À la recherche des archives étudiantes du XIXe siècle. Retour d’expérience franco-allemand

Lorsque j’ai débuté en Master mes recherches sur les étudiants et leurs organisations en Allemagne et en France à la fin du XIXe siècle, j’ai été triplement frappé par les immenses différences entre les deux pays : par leur histoire, l’historiographie et les sources.

Premièrement, l’histoire même des étudiants français et allemands diverge amplement, du moins de prime abord, qu’il s’agisse de leurs formes de mobilisation, d’associationnisme, de sociabilité ou de socialisation. Toutefois, comme je l’ai montré dans ma thèse, si les différences et même les antagonismes sont nombreux entre les étudiants des deux pays, dépasser les caricatures, s’intéresser à la fois aux pratiques concrètes et aux processus généraux, permet de les nuancer et de les mettre en perspective – et surtout de les comprendre.

Deuxièmement, au foisonnement des publications en Allemagne sur le sujet fait face un fort désintérêt des historien·ne·s pour l’histoire des étudiants français du XIXe et du premier XXe siècle1. Là aussi, des recherches plus approfondies m’ont permis de nuancer cette première impression. Tout d’abord, nombre des publications allemandes ne sont pas le fait d’historien·ne·s, mais de membres de corporations ; et, plus largement, même quand elles sont écrites par des historiens, ces derniers sont souvent membres ou proches de corporations et leurs travaux relèvent plutôt de la description que de l’analyse. De plus, les travaux d’historien·ne·s professionnel·le·s sur les étudiants sont souvent limités à un livre et/ou à quelques articles, plus ou moins en lien avec le reste de leur bibliographie (souvent moins que plus, d’ailleurs) – Norbert Kampe, Sonja Levsen, Thomas Weber ou Miriam Rürup sont par exemple dans ce cas. Il y a bien sûr des historien·ne·s qui ont travaillé sur les étudiants en France, en premier lieu Jean-Claude Caron pour la période allant de la Restauration au coup d’État de 1851, mais ils sont rares. Plus largement, il n’est pas anodin que le principal contributeur à cette histoire depuis le début des années 2000 – son premier ouvrage Naissance de l’étudiant moderne a été publié en 2002 –, Pierre Moulinier, n’est pas un universitaire.

Je voudrais revenir dans ce billet sur le troisième type de différence entre la France et l’Allemagne qui m’a marqué : les sources, leur conservation, leur quantité. Les formes du riche matériau que j’ai accumulé dans les deux pays sont dans l’ensemble relativement proches, en particulier : journaux étudiants et revues d’associations étudiantes (mais tandis que chaque association française publie son bulletin, ce sont les fédérations nationales des corporations allemandes qui font paraître leur organe), et une multitude de brochures, livres, annuaires et autres publications ; correspondances entre étudiants (souvent membres d’associations) et autorités politiques, policières et universitaires et entre les membres de ces différentes autorités ; rapports et enquêtes de police ou des services ministériels. La différence principale entre la France et l’Allemagne tient dans les sources internes aux organisations étudiantes, j’y reviendrai. Je ne vais en effet que peu traiter ici du contenu et de la forme des sources, mais surtout de leurs modalités de conservation et aux manières dont je suis parti à leur recherche, ce qui m’amènera à évoquer quelques aléas de l’investigation historique.


1. En France : disparition des archives des associations et une trouvaille

Mes recherches en France ont été relativement « classiques ». J’ai sélectionné, pour des raisons historiques et archivistiques, trois universités sur lesquelles mener mes recherches de manière approfondie : Paris, Lille et Montpellier (sur les seize universités qui existaient à l’époque). Je me suis donc rendu dans des archives et bibliothèques dans ces trois villes : Archives nationales (site de Pierrefitte), Archives de la préfecture de police, Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque historique de la ville de Paris, le Centre Zola, Archives départementales du Nord, Archives municipales de Lille, Médiathèque Jean-Lévy (Lille), Archives départementales de l’Hérault, fonds patrimonial de la Bibliothèque universitaire de médecine de Montpellier2. J’ai complété ces recherches par de courts séjours aux Archives départementales du Bas-Rhin, de la Haute-Garonne et du Rhône. Aux Archives nationales (pour l’académie de Paris) et aux différentes Archives départementales sont conservées les archives du rectorat et (en partie) des facultés.

Ernest Michel, Le bureau de l’association des étudiants de Montpellier aux fêtes du VIème centenaire, 1892, tableau accroché dans les couloirs de la Bibliothèque universitaire de médecine de Montpellier. Voir l’article d’Hélène Palouzié sur les collections de l’université pour une bonne reproduction.

Malheureusement, je n’ai retrouvé les archives d’aucune association étudiante de l’époque, ce qui a fortement limité mes possibilités d’analyser « au ras du sol » leur vie interne – heureusement, j’ai tout de même pu tirer de riches informations de leurs bulletins et autres publications, ainsi que parfois de leurs correspondances avec les autorités. Parmi mes plus grandes frustrations est de ne pas avoir pu retracer l’organisation et le déroulement des élections aux comités de ces associations. Je n’ai retrouvé aucune des professions de foi qui étaient affichées dans les locaux des associations durant les jours ou semaines précédant l’élection. Si les statuts imposaient un vote au bulletin secret, je ne sais pas comment cela se passait précisément. Les quelques (rares) affaires d’invalidation de l’élection de l’un ou l’autre élu dont il est question dans les (nombreux) bulletins que j’ai dépouillés n’ont guère aidé.

La plupart des associations de l’époque élisaient ou nommaient parmi leurs membres un archiviste (ou archiviste-bibliothécaire) qui devait assurer la bonne tenue des documents et la conservation des fonds. Les péripéties de l’histoire expliquent la disparition des archives de ces associations, qui n’ont à ma connaissance jamais été récupérées par une institution tierce. Il s’agit généralement tout simplement de la dissolution de ces associations ou de la perte de leur local. Il s’agit parfois d’événements plus tragiques, comme l’occupation par les troupes allemandes durant la Première Guerre mondiale de la maison où siégeaient deux des principales associations lilloises, l’Union des étudiants de l’État et l’Association amicale des étudiants en pharmacie, qui a causé de nombreuses destructions et pertes selon plusieurs témoignages d’étudiants au lendemain de la guerre.

En-tête de l’Association générale des étudiants de Montpellier, ici lettre du président de l’AGEM au préfet de l’Hérault, 28 janvier 1897
Source : Archives départementales de l’Hérault, 4 M 902

Une découverte, par un coup de chance, des archives d’une personnalité aux Archives départementales du Nord m’a toutefois permis de mieux me rendre compte ce que signifiait être un étudiant (très) engagé dans la vie universitaire au début du XXe siècle. Mes recherches sur l’inventaire en ligne des ADN et mes discussions avec les archivistes ne m’avaient pas permis d’identifier ce fond. C’est seulement en feuilletant un vieil inventaire papier des archives personnelles conservées aux ADN que je l’ai retrouvé (note : toujours consulter les vieux inventaires papiers !). Il s’agit des archives de Marcel Decroix (1887-1962), qui a été président de l’Union des étudiants de l’État en 1909-1911, puis de l’Union nationale des associations d’étudiants de France en 1911-1913. Il était également membre durant ces mêmes années d’une association politique (non spécifiquement étudiante), l’Action nationale républicaine. Ses archives n’étaient que grossièrement triées. Les cartons sont classés par thème, comme ses lettres personnelles, ses dossiers scolaires ou militaires, son engagement étudiant ou sa carrière d’avocat. À ma connaissance, personne avant moi n’avait dépouillé les archives de M. Decroix, en tout cas avec certitude pas celles de sa vie d’étudiant.

Le contenu de ces fonds exceptionnel a bien évidemment une grande valeur informative et m’a permis de belles découvertes, comme des journaux et publications que je n’ai trouvé nulle part ailleurs. Surtout, dépouiller les archives de M. Decroix m’a permis de matérialiser ce qu’était d’être étudiant et élu étudiant à la veille de la Grande Guerre : j’ai retrouvé plusieurs de ses cartes d’étudiant et de membre d’associations, des programmes ou revues que Decroix a annoté, des brouillons de discours, des correspondances avec d’autres étudiants soit à Lille soit dans d’autres villes pour l’organisation des congrès de l’UNAEF, ou encore, de manière plus amusante, des « bons » pour la consommation de boissons lors desdits congrès (cf. ci-dessous).

Bon non utilisé appartenant à Marcel Decroix, fêtes universitaires de Lille et congrès fondateur de l’Union national des associations d’étudiants de France, 1907.
Source : Archives départementales du Nord, 102 J 3 Papiers de famille de Marcel Decroix

2. En Allemagne : archives universitaires et caves des maisons des corporations (et un barbecue)

Comme pour la France, j’ai choisi en Allemagne des universités pour y mener mes recherches, quatre cette fois-ci en raison d’un nombre total d’universités plus élevé qu’en France (vingt-et-une) : Berlin, Bonn, Fribourg-en-Brisgau et Heidelberg – les deux premières se trouvaient en Prusse et les deux autres étaient les deux universités du grand-duché de Bade. L’expérience des archives en Allemagne a été particulière pour une première raison : la nécessité de se confronter à un nouvel alphabet, la Kurrentschrift (cf. un exemple à la fin du billet). En effet, les Allemands du XIXe siècle n’écrivent qu’exceptionnellement en caractères latins. Il se trouve que j’avais suivi un cours de paléographie allemande (fin XVIIIe-mi XXe siècle) lors de ma deuxième année de licence, passée à l’Université de Bamberg. La Kurrentschrift n’était donc pas une complète nouveauté lorsque j’ai dépouillé mes premiers cartons en Master, puis en thèse. J’en parlerai peut-être dans un prochain billet3. Pour mes recherches de sources, j’ai suivi deux pistes.

La première a été classiquement les archives institutionnelles : les archives secrètes d’État de Prusse (Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz) à Berlin-Dahlem, principalement pour dépouiller les fonds du ministre du Culte prussien (Kultusministerium, en charge entre autres de l’instruction publique) ; les archives municipales de Heidelberg (uniquement pour les minutes de la Museumsgesellschaft, une association locale dont faisait partie la bonne société de la ville, notamment les professeurs d’université et les membres des corporations étudiantes les plus prestigieuses) ; l’Institut für Hochschulkunde de Würzburg qui conserve la plus importante collection de journaux et revues étudiants ; et surtout les archives universitaires (Universitätsarchiv) de Berlin, Bonn, Fribourg et Heidelberg.

En effet, la plupart des universités et universités techniques allemandes dispose d’archives propres (il en existe actuellement 60), généralement accessibles à toutes et tous. Leurs fonds sont plus ou moins bien conservés, remontent plus ou moins loin dans le temps, mais sont indispensables à toute recherche ayant trait à l’histoire universitaire. Y sont conservées bien évidemment principalement les archives du rectorat (le recteur est en Allemagne le dirigeant d’une université) et des facultés et instituts, mais aussi parfois les archives privées de professeurs ou d’organisations étudiantes et souvent une bibliothèque sur l’histoire de l’université et de l’enseignement supérieur en général. Comme chaque association ou corporation devait être autorisée par les autorités universitaires (notamment le recteur), les dossiers conservés pour chaque organisation ont formé l’une de mes principales sources d’information. Ces dossiers peuvent être très maigres (demande d’autorisation de la création d’une organisation accordée) ou très riches, si les membres de ladite organisation soumettent des requêtes aux autorités ou causent des troubles.

Malheureusement, les fonds du XIXe et de la première moitié du XXe siècle des archives de l’université de Bonn ont été presque entièrement détruits lors des bombardements de la Seconde Guerre mondiale, je n’y ai donc presque rien trouvé. Les archives de l’université Humboldt de Berlin (alors appelée depuis sa création en 1810 Friedrich-Wilhelms-Universität) ont subi des pertes, mais les fonds sont tout de même riches. Les archives des universités de Fribourg (ville qui a elle aussi été en partie détruite lors de la Seconde Guerre mondiale) et d’Heidelberg (qui elle n’a pas été bombardée) sont quant à elles très bien conservées pour la période du Kaiserreich (Empire allemand de 1871 à 1918).

Un des très rares dossiers des archives de l’université de Bonn ayant survécu aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale : il regroupe des affaires instruites par le rectorat concernant des associations et corporations interdites, de 1837 à 1892.
Source : Universitätsarchiv Bonn, Rekt 105 – U 164

La deuxième piste a été les archives des corporations. Une grande partie des corporations qui existaient sous l’Empire existent toujours aujourd’hui et possèdent une maison (Verbindungshaus). Les membres s’y retrouvent voire y vivent, et, surtout (pour la question qui nous occupe ici), les archives de la corporation y sont généralement conservées.

J’ai rédigé mon mémoire de Master sur la Burschenschaft Allemannia de Heidelberg, en comparaison avec l’Association générale des étudiants de Paris. Le choix de l’Allemannia s’est fait (en partie) par hasard : un camarade d’étude était membre de cette corporation et m’a proposé de m’introduire auprès de l’archiviste – un alter Herr (« ancien » toujours membre de la corporation). Celui-ci a bien voulu me mettre à disposition (chez lui !) les documents dont il disposait, notamment les ouvrages publiés à l’occasion du jubilé de l’Allemannia et les rapports annuels internes. Si les ouvrages m’ont beaucoup servi pour mon mémoire de Master, j’ai réellement exploité les rapports internes dans ma thèse. La maison de l’Allemannia a été occupée par l’armée américaine après la Seconde Guerre mondiale, ce qui a conduit à la perte notamment des protocoles manuscrits.

Cette première porte d’entrée dans le monde corporatif m’a permis d’accéder plus facilement à d’autres corporations. De manière très concrète tout d’abord : l’archiviste de l’Allemannia m’a introduit auprès des archivistes d’une autre Burschenschaft d’Heidelberg, la Frankonia, puis, quand je lui ai dit vouloir travailler sur Bonn, il m’a introduit auprès de l’archiviste de la Burschenschaft Alemannia de cette université4. J’ai pu me rendre dans les maisons de ces deux corporations.

Maison de la Burschenschaft Frankonia de Heidelberg au début/milieu des années 1890. Son extérieur n’a que peu changé depuis, mais une deuxième maison a été construite à côté pour loger des étudiants membres actifs.
Source : Eduard Dietz, Die Deutsche Burschenschaft in Heidelberg, Heidelberg, Otto Petters Verlag, 1895,
p. 161.

De manière plus générale, avoir obtenu la confiance d’une première, puis de plusieurs corporations a certainement permis à ce que mes requêtes, adressées par courriel soit à une adresse générale de la corporation soit directement auprès du ou des membres chargés des archives, soient mieux accueillies. En effet, le monde des Verbindungen reste encore assez fermé.

En témoignent l’absence de réponse de nombreuses corporations malgré mes relances, les excuses parfois douteuses (archives en déménagement ou en classement, argument qui est revenu à plusieurs reprises et qui s’est systématiquement suivi d’une absence de réponse après ma relance), et les rares refus francs. Par exemple, l’archiviste d’une corporation catholique m’avait d’abord demandé des informations supplémentaires sur mes recherches. J’ai fait l’erreur de les présenter de manière trop « universitaire » et parlé de « nationalisation de la société » (un des points que je montre dans ma thèse est que les corporations étudiantes ont contribué au dépassement des identités régionales et à l’affirmation d’une identité nationale allemande). L’archiviste m’a répondu que sa corporation n’avait rien à voir avec la « nationalisation » (terme qu’il a certainement assimilé avec le nationalisme) et n’a plus répondu à mon courriel lui donnant de nouvelles précisions. J’ai appris après cette expérience à présenter mes recherches de manière plus neutre.

À l’inverse, lorsque j’ai pu accéder aux archives d’une corporation, les relations ont toujours été cordiales, tant avec les alte Herren archivistes qu’avec les membres actifs étudiants. Outre l’Allemannia et la Frankonia de Heidelberg et l’Alemannia-Bonn, j’ai pu me rendre dans les maisons de la Burschenschaft Alemannia et du Corps Suevia de Fribourg. Les archivistes s’empressaient toujours de me montrer au mieux leurs archives et de me les faire découvrir. Les archivistes de l’Allemannia et de la Frankonia de Heidelberg (ville où j’ai passé plusieurs mois lors de ma thèse) étaient toujours disponibles pour un rendez-vous et ravis de m’accueillir et de s’informer de l’avancée de mes travaux. J’ai pu, sur proposition de l’archiviste de l’Alemannia-Bonn, loger dans la maison de la corporation durant ma semaine à Bonn (pendant les vacances intersemestrielles). Les étudiants qui y vivaient m’ont accueilli de manière très cordiale et plusieurs se sont intéressés à mes recherches (et à pourquoi un Français pouvait bien s’intéresser aux corporations étudiantes allemandes). J’ai passé une journée dans la maison du Corps Suevia de Fribourg. Après de nombreuses heures de travail seul dans une pièce, alors que je m’apprêtais à saluer l’archiviste et les membres présents et partir, un étudiant est venu me proposer de rester manger avec eux. Un barbecue, ça ne se refuse pas, surtout lors d’une belle journée de juillet dans l’une des plus belles villes du Sud-Ouest allemand…

Ce que je voyais au-dessus de moi lors de ma journée de travail dans la maison du Corps Suevia de Fribourg.

L’amitié dont les membres de ces corporations m’ont fait preuve n’était pas feinte et l’enthousiasme témoigné par les archivistes du fait qu’un jeune historien français travaille sur les corporations étudiantes allemandes était bien réel. Il ne faut toutefois pas sous-estimer mon profil personnel dans ces prises de contact réussies et ces bonnes relations. Jeune homme, il m’était sûrement plus facile d’entrer en contact avec les membres des corporations et de me rendre dans leurs maisons que pour une femme. Je suis également convaincu que le fait d’être Français (dans le sens : de ne pas être Allemand) a également facilité d’une certaine manière les choses. Du point de vue des membres des corporations, si en tant que Français je m’intéressais aux corporations étudiantes, c’est vraiment que je voulais en écrire l’histoire, et non en faire une simple critique. En effet, les corporations étudiantes et leur histoire sont, depuis de nombreuses années, critiquées (en partie à raison) pour leurs traditions (bizutage, beuveries, duel), leur élitisme, leur misogynie et leur sexisme, leur antisémitisme, leurs réseaux élitaires et politiques (voir par exemple ce reader rédigé et publié par le comité des étudiants de l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main, intitulé « autoritaires, élitaires, réactionnaires »).

Pouvoir parcourir les archives internes des corporations a donc été un privilège, qui a beaucoup apporté à ma thèse et ce, bien qu’elles étaient en réalité pour la plupart très lacunaires. Les archives de l’Alemannia-Bonn forment, dans une certaine mesure, un contre-exemple, malgré des pertes en raison, là encore, de l’occupation de la maison par les troupes britanniques après la Première Guerre mondiale. Des alte Herren ont mis les archives à l’abri durant la Seconde Guerre mondiale, ce qui a permis de les sauver des bombardements. Les archives de l’Alemannia sont conservées depuis 2015 au Universitätsarchiv de Bonn, mais il est nécessaire d’obtenir l’accord de l’archiviste de la corporation pour les consulter. Au niveau interne, malheureusement, de nombreux manques sont à déplorer, mais les membres de l’Alemannia étaient avant 1914 très impliqués dans la vie étudiante locale et nationale, ce qui fait que les archives sont riches d’enseignement également sur les relations extérieures de la Burschenschaft et plus généralement sur la vie (associative) étudiante à Bonn et en Allemagne.

Extrait d’une lettre (particulièrement bien) écrite en Kurrentschrift, adressée par la Burschenschaft Alemannia an der Pflug de Halle à la Burschenschaft Alemannia de Bonn, 23 mai 1881.
Source : Archives de la Burschenschaft Alemannia zu Bonn
Reproduction interdite.

Ces archives, variées, avec des spécificités françaises ou allemandes mais également de nombreuses similarités, m’ont permis d’analyser le fonctionnement des organisations étudiantes, les formes d’engagement des étudiants en leur sein et dans l’espace public, les relations entre étudiants et leurs organisations avec les pouvoirs publics, etc. Ces sources sur les activités que l’on peut qualifier de
« publiques » des étudiants sont, malgré toutes les difficultés pour les identifier et les rassembler, plus aisées à retrouver, parce que plus visibles, que celles qui renvoient à une autre facette de la vie d’étudiant (mais qui n’était pas l’objet de ma thèse) : étudier. Même dans les archives de Marcel Decroix, je n’ai retrouvé presque aucune trace de sa formation universitaire, et plus généralement de sa scolarité, à part des diplômes et quelques travaux qui datent de sa période d’écolier dans le primaire. La faible connaissance de l’histoire de la formation universitaire dans l’expérience étudiante constitue une des principales lacunes de l’historiographie des étudiants, tant en France qu’en Allemagne et dans d’autres pays européens, et constitue un défi de taille du point de vue de la recherche d’archives.

  1. Si quelques rares historien·ne·s français·e·s ont publié un article ou deux sur les étudiants allemands, aucun·e historien·ne allemand·e n’a écrit sur les étudiants français de la période 1800-1945. Voir par exemple : Gilbert Gillot, « Les corporations étudiantes : un archaïsme plein d’avenir (Allemagne-Autriche, 1880-1914) », Le Mouvement social, 120, 1982, p. 45-75 ; Marie-Bénédicte Daviet-Vincent, « De l’honneur de la corporation à l’honneur de la patrie. Les étudiants de Göttingen dans l’Allemagne de la Première Guerre mondiale », Le Mouvement social, 194, 2001, p. 39-65 ; Christian Ingrao, « Étudiants allemands, mémoire de guerre et militantisme nazi : étude de cas », 14-18 Aujourd’hui, Today, Heute, 5, 2002, p. 55-71. []
  2. Je n’ai pas eu le temps de me rendre aux Archives municipales de Montpellier lors de mon premier séjour d’archives dans cette ville et elles étaient fermées lors de mon deuxième. []
  3. Si cette question vous intéresse, je vous conseille de consulter le carnet animé par Benoit Vaillot, Deutsche Paläographie. []
  4. Deux précisions. Premièrement, de nombreuses corporations portent le même nom et Allemannia/Alemannia est assez courant (avec d’autres comme Borussia, Germania, Guestphalia). Deuxièmement, ces trois Burschenschaften ne font pas partie des mêmes alliances : la Frankonia-Heidelberg est membre de la fédération Deutsche Burschenschaft historique, l’Alemannia-Bonn de la Neue Deutsche Burschenschaft, fédération créée en 1996 par des Burschenschaften plus « libérales » (elle l’a quitté durant l’hiver 2018/19 et ne fait actuellement partie d’aucune fédération) et l’Allemannia-Heidelberg ne fait partie d’aucune fédération depuis 1976. Ce n’est donc pas pour promouvoir des corporations « proches » (politiquement) que l’archiviste de l’Allemannia-Heidelberg m’a introduit auprès de ces deux autres Burschenschaften. []

By Antonin Dubois

Docteur en histoire (EHESS/Universität Heidelberg)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.